bromance records

Bromance tire sa révérence avec un ultime mix de 1h30

La triste nouvelle tombait hier soir, après avoir fêté il y a peu ses 5 ans, Bromance Records c’est finit, et pour clore cette formidable aventure Brodinski et Guillaume Berg nous gratifient d’un mix apocalyptique qui retrace ces 5 années de création.

  • Retour sur 5 ans d’aventure musicale

On ne le présente plus, Brodinski le fondateur de Bromance records  est l’un des piliers de ce projet colossal. C’est avec un concept totalement novateur qu’il arrive sur la scène électronique française et propose au public une expérience nouvelle : une exploration musicale sans frontière de style.

Le label fait une arrivée fracassante sur la scène Française en 2012 avec le ténébreux Gesaffelstein sur le titre “Control Movement”. A l’image du Frenchy qui bousculait les codes de l’électronique et développait sa techno obscure à l’international, Bromance records était connu pour dénicher des artistes remarquables pour leur style singulier.
C’est dans un long message d’adieux de Manu Barron, emplit d’émotion, que le co fondateur revient sur les raisons qui les ont poussés à stopper l’aventure Bromance ainsi que sur ce qui fût le ciment du projet.

“J’aimerais qu’on retienne la liberté. Liberté artistique, de tout se permettre, de ne pas se cantonner à un style, de partir de l’oeuvre et du désir des artistes. Refus de la niche qui, quel que soit notre âge, notre horizon, notre parcours, nos idéaux, nous a réunis car nous avons toujours considéré que c’était une forme de repli, de faiblesse et un endroit où l’on fait dormir les chiens.”

Ce sont donc des artistes à la personnalité musicale hors du commun que le label à pu représenter durant ces 5 ans. Parmi les quels Louisahh et sa techno séductrice et provocante, Generi8on, la dernière entité de Surkin avec de l’électronique planante tout droit venue d’une autre dimension, Club cheval, Panteros666, 8tm et bien d’autres.

C’est cette envie de nous faire découvrir une sphère musicale sans limite qui a uni les artistes autour de ce fil conducteur : “C’est donc plutôt au sein de 2 grandes familles musicales soit disant irréconciliables que sont la musique électronique et le rap que nous avons dansé, et dieu sait que c’était déjà un pari fou”

L’autre dogme sur lequel se basait le label était la notion de partage. Faire partie de Bromance Records ce n’était pas seulement signer un contrat, c’était appartenir à une identité, à un collectif d’artiste basé sur l’amitié comme l’indique le nom Bromance qui désigne un lien d’amitié très fort, quasi fraternel entre deux hommes.

Seulement les artistes qui ont fondé l’identité du label ont accompli leur carrière chacun de leur coté aux quatre coins du monde. Louisahh se consacre maintenant à son nouveau label techno RAAR avec Maelstrom, Brodinski oriente sa carrière sur les productions rap aux Etats unis, Gesaffestein travaille sur un album pour succéder à Aleph selon les dires de Boys Noize et chaque artiste prend son envol artistique ce qui distend le lien qui les unit à Bromance.

Il semble que ce soit   la raison principale qui ai poussé le label à tirer sa révérence malgré le succès de chacune des ses sorties. “L’une des clefs de la réussite de Bromance c’était de nous voir souvent, en réunion chez Savoir Faire ou dans une chambre d’hôtel, dans une cuisine, dans une loge ou accoudés à un bar de club au fin fond du monde. On ne peut plus le vivre de la même manière car nous sommes maintenant éparpillés aux quatre coins du monde, et au regard de ce que je viens de vous expliquer, vous comprendrez bien que Bromance ça ne se fait pas par Facetime, Skype ou autre.”

Le collectif d’artiste à mis fin à cette aventure pour ne pas céder à une banalisation de leur musique. Et malgré la déception on comprend bien qu’il n’est pas dans l’esprit du label de produire pour produire et de faire passer le partage au second rang.

  • Un ultime mix pour encrer la légende

Ce sont des adieux en beauté que nous offre Brodinski qui nous gratifie d’un mix prodigieux de 1h20. Ce mix nous transporte pour une véritable balade retraçant les 5 ans de créations du label. Il entame le voyage avec le fabuleux titre “Walled City” de Generi8on et continue d’explorer les profondeurs de l’électronique en passant par des productions signées Louisahh, Para One, Gesaffelstein, Panteros666… La deuxième phase du mix retrace l’autre facette du label avec des productions plus rap comme avec le titre “High” de  Myth Syzer & Ikaz Boi Featuring Hamza.

Ce mix retraçant l’histoire de Bromance clos parfaitement cette aventure musicale qui perdurera à travers le temps grâce à des productions déjà entrées dans la légende.


 

Suis-nous sur les réseaux

Plus d'articles
Maison Close Techno Rave
Maison Close Records, le label Rave prometteur qui vient casser les codes de la Techno !