Couverture EP Kozlov Techno industrielle

Kozlov sort un EP apocalyptique sur le label australien Green Fetish

Rencontre de deux univers artistiques complémentaires

Quand Green Fetish Records, label parmi les plus obscurs de la scène Techno actuelle, s’associe à la noirceur et à la puissante de Kozlov, c’est un EP tout droit sorti des abysses de la Techno qui émerge de cette collaboration.
Jeune producteur français et co fondateur du collectif Erawsion, c’est hors des sentiers battus des productions club millimétrées que Kozlov a forgé sa personnalité artistique. Chacune de ses réalisations laissent exhaler un parfum salvateur, grâce à des basslines brutales, oscillant entre des nappes de saturation et de distorsion sybillines. 

“Je fais de la production depuis bientôt 2 ans maintenant, j’adore les tracks assez old school et rave des années 2000, répétitives pour certains mais très groovy pour ma part. Je pense que j’essaie d’apporter ce côté là dans mes tracks industrielles. J’aime quand ça tape fort mais s’il y a des percus ou autre derrière pour amener du rythme, c’est parfait.”

Nombreuses de ses collaborations avec des labels comme  Grounded, KTK, The Techno’s Children ou encore Eradys, témoignent de la qualité de ses productions. Et c‘est à nouveau chez Green Fetish Records que Kozlov sort son dernier EP Revultion.

“J’ai sorti un VA il y a quelques temps sur ce label dont le gérant  m’a clairement démarché pour sortir une track seulement “Vøice in Førest Dank”. J’ai eu de bons retours, le label est très professionnel, j’ai sympathisé avec lui, puis il était convenu de sortir un EP. Ca faisait longtemps que je n’avais pas sorti d’EP donc c’était la bonne occasion de mettre en avant mon travail avec 3 tracks assez différents et la qualité du label.”

Ce dernier label australien a su se démarquer grâce à une direction artistique singulière et une sélection d’artistes aux univers industriels complémentaires comme Plukkk, Keepsakes, Danilo Incorvaia ou Hel.IV. Mickey Nox, fondateur du label, décline parfaitement cette ligne artistique à la fois brutale et mystérieuse dans son choix de collaborations. Résolument ancré dans la frange underground de la Techno industrielle et des représentations  qui gravitent autour de ce mouvement aux origines dissidentes, Green Fetish Records à su garder une identité déviante parmi ses confrères à vocation plus grand public. 

Revulsion, un EP lugubre et salvateur

Dans la continuité des ses productions, ce trois titres riche et texturé, aux sonorités mecha, nous plonge dans un univers post apocalyptique angoissant. Avec des tracks incisifs à la construction régulière, filés par des breaks courts et une accumulation de nappes et boucles entêtantes, Kozlov entretient une dynamique puissante et oppressante tout au long de l’EP.

“Russian Spirit” lance une bassline incisive après une  introduction mécanique et un sample vocal robotique, qui nous plonge immédiatement dans un état de tension. Le contraste entre un kick sourd et saturé, surmonté de hi hat et percussions, et l’omniprésence de samples stridents, encre une dominante résolument industrielle. 

Plus évolutif, “Believe in Yourself”, offre une progression vers un univers atmosphérique avec l’ajout d’une nappe mélodique et de reverb à chaque break : “j’y ai ajouté ma touche de mélodie et de pad quasi trance pour faire voyager”. Toujours surplombé de samples mécaniques sibyllins, seuls quelques courts breaks et high pass filter cassent le rythme de la bassline en apportant du relief au track. 

“Turn of the Light” conclut l’EP avec une production entraînante et entêtante, un sample vocal et des boucles acid répétitives : “J’ai ajouté une vocale car j’adore ça en Techno, assez redondante mais très mentale !”. Le kick brutal et incisif entretient jusqu’à la dernière note de l’EP cette ambiance oppressante, fil rouge de ce trois titres, et plus généralement des productions de Kozlov, qui fait un pas de plus dans la sphère industrielle avec cette dernière réalisation.

Vous pouvez retrouver l’EP intégral sur le  Bandcamp de Green Fetish Records.

Plus d'articles
Skrillex et Rick Ross s’associent sur Purple Lamborghini, BO du film suicide squad