On a discuté Rave et législation française avec Maissouille.

Maissouille c’est bientôt 20 ans de carrière, 5 albums et des dizaines de maxis à son actif. Figure emblématique du Hardcore français, le DJ et producteur officie comme représentant de la hardmusic en france et à l’international. En témoigne sa présence sur la tournée Born to Rave du label Audiogenic, sur laquelle il collabore avec les mastodontes du genre, comme Lenny Dee, The Sickest Squad, Darktek et bien d’autres.

Nous l’avons donc rencontré sur sa tournée, pour en savoir un peu plus sur l’univers qu’il représente et ses bouleversements depuis ses débuts.

 

Cela fait bientôt 20 ans que tu mixes, et ton public est toujours aussi présent, qu’est-ce que ça te fait de voir toujours cet engouement autour de toi ?

Ah les français c’est des fêtards c’est tout !

Chacun de tes albums a été accueilli avec beaucoup de succès, quelle est la recette d’un album réussi pour toi ?

La recette d’un album réussi en France c’est beaucoup de samples, beaucoup de kicks bass vachement durs. En France les gens sont hyper branchés rave, et les kicks bass ça veut tout dire et plus c’est dancefloor moins ça marche.

Tu es l’un des portes drapeaux de la tournée Born to Rave, en témoigne ton album éponyme, est ce que tu essayes de retransmettre l’esprit de la tournée dans cet album ?

Ouais carrément ! En fait la tournée Born to Rave c’est une tournée française, basée sur le frenchcore, le hardcore et c’est vraiment un truc hyper rave à la française. Et ça se sent aujourd’hui parce qu’on voit que là vraiment les gens sont chauds !

D’ailleurs tu as produit en featuring avec The Sickest Squad, comment est-ce que tu as choisi de travailler avec eux ?

Je les ai connus il y a 7 ou 8 ans dans les soirées R – 909 de Dj Randy qui faisait des soirées à Bologne, à Milan. Eux c’était les warm up au départ et ils ont tellement monté qu’aujourd’hui c’est devenu quelque chose d’énorme The Sickest Squad. Pour moi c’est vraiment mes potos mais Jacopo c’est vraiment un artiste. Il a fait 15 ans de conservatoire, c’est un truc de fou. Et le voir ici, sur ma tournée c’est vraiment énorme !

Toi qui a débuté en Free comment tu vois l’évolution de la sphère électronique et particulièrement du Hardcore ?

Ça s’est vraiment ouvert grâce à des mecs comme Darktek, Radium etc. Et aujourd’hui en France c’est vraiment devenu quelque chose de normal. Et voir des mecs comme The Sickest Squad aujourd’hui sur notre soirée c’est génial ! En France on a vraiment un gros gros public et le problème c’est vraiment la société, la législation, c’est difficile. Mais on fait des soirées tous les week-ends et aujourd’hui c’est quand même devenu quelque chose de normal. Y’a 10 ans j’aurais dit que c’était pas possible.

 

Et est-ce que tu ressens toujours cet esprit dissident qu’il y avait en free ou le cadre plus formel a changé cet esprit autour de la hardmusic ?

Les free c’est vraiment différent des events, j’ai l’habitude de jouer en Hollande dans des events assez organisés comme les Masters of Hardcore, Dominator etc. Mais on sent qu’il y’a un engouement en France qui est assez extraordinaire aujourd’hui et qu’il n’y avait pas avant, avant c’était vraiment la free party. Aujourd’hui dans les clubs ont peut vraiment faire des soirées de ouf !

Qu’est-ce que tu penses de ce dernier décret passé cet été en France sur, entre autres, les restrictions sonores dans les clubs et festivals ?

C’est de la merde ! ça va tout tuer !

Et qu’est-ce que tu penses qu’on peut faire, à notre échelle de consommateur de son, pour bouger les choses ?

Ce qu’on peut faire c’est monter le son ! Faut vraiment monter le son pour montrer qu’on n’est pas d’accord, qu’on n’en à rien à faire, si on a envie de se niquer les oreilles c’est nos oreilles ! Mais si les ingénieurs ou les organisateurs ne jouent pas le jeu c’est mort. C’est hallucinant cette loi qui stipule qu’on doit écouter de la musique à un tel décibel, ça me révolte. C’est vraiment terrible. Et avant en France y’avait pas de législation là-dessus, on pouvait écouter le son comme on voulait mais aujourd’hui on n’a plus le droit. Imagine dans une musique électro, c’est pas possible ! On ne peut même plus écouter la musique au volume qu’on veut et ça, ça m’énerve ! On a le droit d’écouter la musique au volume qu’on veut, c’est ça la liberté d’une démocratie !

 

Vous êtes une grosse communauté Hardmusic à venir de Normandie avec des artistes comme Darktek, Floxytek etc. Est ce que tu penses que l’air normand fédère la hardmusic ?

Moi je pense que la Normandie et la Bretagne c’est la clé de la France. On fait ce qu’on veut !

 

Pour ceux qui veulent en savoir un peu plus, voici le décret concerné.

Plus d'articles
nicolas-jaar
Le nouvel album Sirens de Nicolas Jaar en écoute sur sa Webradio