Teknival

Encore une édition spectaculaire du Teknival qui a accueilli plus de 60.000 festivaliers ce week-end !

Créé en 1993, le Teknival célébrait ce week-end sa 24ème édition qui a encore une fois prouvé son ampleur. Et pour cause, ce ne sont pas moins de 60.000 personnes cumulées qui se sont réunies du 28 avril au 1er mai dans la commune de Pernay en Indre-et-Loire. 

Les 1 300 habitants du petit village ont vu débarquer des milliers de festivaliers et des semi-remorques remplis des meilleurs systèmes sons sur le parking d’un centre commercial local jusqu’à 22h vendredi. Les organisateurs avaient cette année encore gardé le lieu secret jusqu’au dernier moment pour ne pas se faire doubler par les forces de l’ordre. Une fois l’emplacement dévoilé et les interminables bouchons passés, la chasse au trésor touchait à son but : près de 70 murs de son attendaient les festivaliers sur un terrain naturel de 40 hectares aux abords d’un étang.

Et si le Teknival reste un regroupement illégal, ce ne sont pas moins de 300 policiers et 80 pompiers qui se sont mobilisés durant ces 3 jours. Et malgré le fait que le président du conseil général ait dénoncé le caractère financier élevé de l’opération, ces dispositifs n’auront pas été vains. En effet, 175 blessés ont été examinés, 33 hospitalisés, 5 festivaliers sont recensés dans des états graves et 1 décès est à déplorer suite à une crise cardiaque. Côté judiciaire, les contrôles routiers auront aboutis à 253 rétentions de permis et 150 contraventions.

Pour le Collectif des Insoumis la défiance du Ministère de l’Intérieur face à ce mouvement culturel est aussi à mettre en cause « Nous subissons des violences verbales mais aussi physiques et cela même quand nous essayons d’établir un dialogue. Malgré tout ceci nous continuons à défendre notre musique, notre mouvement et notre culture ». Cette réticence des autorités ne les empêche pas de continuer à se battre pour obtenir l’arrêt des saisies et des procédures abusives, l’accès à des terrains publics inutilisés et un changement de comportement des mairies à leur égard.

Côté festival, il est important de saluer l’ampleur du travail réalisé par les différents collectifs organisateurs. Malgré une répression permanente, ils ont su cette année encore proposer un festival attirant des teufeurs des 4 coins de la France et d’Europe. Et ces derniers n’ont pas été déçus : du mapping sophistiqué, des montagnes de caissons à perte de vue et des lumières puissantes éclairant les milliers de festivaliers venus taper du pied.

Et malgré les différents entre les organisateurs et les autorités locales, le sous-préfet a souligné que « la situation du site en termes de nettoyage est quand même correcte par rapport à ce qu’on a pu voir pendant tout le week-end ». Et pour cause la musique était coupée durant quelques instants chaque début d’après-midi pour ne reprendre qu’une fois le lieu nettoyé. De plus, 2 camions de matériel ont été saisis à la fin du Teknival pour servir de caution et forcer les collectifs à rendre un terrain impeccable.

Le festival a donc encore une fois permis à des milliers de teufeurs de défendre leur mouvement tout en passant un week-end spectaculaire. Malgré les différents incidents à déplorer, les débordements se sont fait rares ce qui permettra aux organisateurs d’appuyer leurs demandes d’accords avec le prochain gouvernement.

Plus d'articles
le bask
Nous avons rencontré Le Bask qui promet de belles choses pour l’année à venir !